mardi 23 juillet 2024

Pourquoi Jean-Michel Aulas mise sur Peter Bosz pour sortir de la crise

À lire

Tancé par son Président en début d’année, Peter Bosz a finalement gagné le luxe de s’installer pour une deuxième saison sur le banc des Gones. Le Président Lyonnais a sans doute pris la meilleure décision de l’année en maintenant sa confiance en Peter Bosz.

Après Brest-OL, il restera 15 points à distribuer pour le chapitre 2022-2023. En Bretagne, les Gones devront séduire par le jeu mais surtout, l’emporter sur les anciennes terres de Romain Faivre.

L’OL n’a plus le choix. Dans le marasme d’une saison catastrophique sur tous les plans, le club du Rhône a encore une chance d’accrocher l’Europe (la Ligue Europa de préférence). Pour cela, le calendrier ne laisse aucun choix à Lyon, il faut un parcours de champion, à défaut de soulever le trophée.

Pour tenir la barre, Lyon se repose plus que jamais sur deux hommes : Jean-Michel Aulas, en grande partie responsable de la situation de son club, et Peter Bosz, le deuxième technicien étranger à s’asseoir sur le banc de l’Olympique Lyonnais. Après deux essais (avec Sylvinho), force et de constater que les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Pourtant, si Aulas n’a pas hésité pour limoger Sylvinho après le derby contre Saint-Étienne en 2019, il a laissé le bouton du siège éjectable dans le placard, pour plusieurs raisons.

Peter Bosz a la confiance des supporters pour le moment

Fait rarissime dans la saison lyonnaise, Peter Bosz conserve une aura auprès des supporters. Ces derniers ont compris qu’une valse des coachs n’est pas la solution. En maintenant la confiance en Peter Bosz, les supporters de l’OL ont guidé la décision de leur Président.

Tout simplement, car le jeu proposé par moment par Lyon a rappelé de bons souvenir. À l’image des rencontres contre Nice ou Paris, l’OL sait jouer au foot. Aussi, parce que la philosophie de Peter Bosz parle aux suiveurs des Gones. En effet, les mots attractif, offensif, la possession, le pressing reviennent au coeur du jeu. L technicien rappelle de beaux souvenirs.

L’époque des années 2000 où Lyon écrase tout son monde avec un modèle économique 100% français. Certes l’OL achetait à la concurrence mais pour mieux se renforcer et permettre à la Ligue 1 de vivre. Lyon a créé un modèle d’économie circulaire sans le vouloir, en achetant les meilleurs joueurs de la Ligue 1, à prix d’or.

Peter Bosz a donc réussi à maintenir le lien avec les supporters. Il ne s’agit pas de dédouaner la responsabilité de l’entraineur lyonnais qui en possède une. Mais, contrairement aux joueurs qui n’ont fait que décevoir au fur et à mesure de la saison, Peter Bosz a maintenu une certaine ligne de conduite. Ces choix sont clairs.

Des choix forts et des jeunes, Peter Bosz bricole

À l’image de Léo Dubois poussé sur le banc par Malo Gusto, le Néerlandais a parfaitement senti une nouvelle tendance. Il s’adapte aussi à ce qui se dit sur son équipe. Depuis quelques mois Léo Dubois baisse en matière de performance. Et puis, pris en grippe par les supporters, le technicien lyonnais a fini par installer le latéral droit de 17 ans. Bien entendu, la blessure de Dubois contre Bordeaux a justifié ce choix. Mais depuis des mois, Gusto a pris du volume et de la place dans l’effectif lyonnais.

Un mercato d’été raté force Bosz à bricoler

Si Peter Bosz bricole avec l’OL, c’est la faute à un mercato d’été raté. Il est vrai que l’homme fort sur le terrain n’a pas eu les joueurs souhaités. Pire, Shaqiri et Boateng, les deux recrues phares ont beaucoup déçu. On notera quand même que JMA lui enlève la responsabilité de ces (très) mauvais choix.

En actant la saison II de Bosz avec l’OL, Jean-Michel Aulas s’engage aussi à mieux répondre aux aspirations de son coach. Le message de sa conférence de presse, vendredi après la débâcle de West-Ham allait dans ce sens. Malgré la contradiction de Ponsot, Lyon et Bosz poursuivent l’aventure pour une saison II différente.

Autre atout pour Peter Bosz : le technicien lyonnais maintien un lien très fort avec la formation. En effet, à contrario de Sylvinho ou Rudi Garcia, voir de Juni, Peter Bosz discute très souvent avec les responsables de la formation. L’OL et l’Ajax ont la même culture. C’est pourquoi, le Néerlandais travaille avec la formation pour inculquer sa philosophie de jeu aux équipes de jeunes.

Enfin, le projet Lyonnais ne serait que plus fragile si Peter Bosz partait à l’issue de la saison. L’OL n’a pris aucun risque en maintenant son entraineur en poste.

Aulas, le retour à la raison qui fait du bien

En grande difficulté cette saison. Les Lyonnais ne reconnaissent plus Jean-Michel Aulas. À tel point que la défiance est montée d’un cran entre lui et les supporters. Pour remédier à cela, le Président de l’OL a pris le contre-pied d’un contexte brulant. En maintenant Peter Bosz pour la saison prochaine, Aulas s’est acheté du temps.

Surtout, il peut organiser le grand ménage du vestiaire en toute légitimité avec Peter Bosz et Bruno Cheyrou. Ce dernier, responsable de la cellule de recrutement des Gones a déjà beaucoup de travail, mais dispose d’un réel crédit. La venue de Tete, c’est Cheyrou et quelques jolis coups sont à prévoir.

Enfin, Jean-Michel Aulas sait que la saison 2022-2023 marquera un tournant. Après 6 ans dans le Grand stade, l’OL n’a pas encore ramené un seul trophée. Pourtant, le boss depuis 35 ans, a promis que cette infrastructure permettrait à l’avenir de remettre Lyon au centre de la carte de France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi