mercredi 22 mai 2024

Steeve Ho You Fat (Metropolitans) : « Je ne m’attendais pas du tout à un tel phénomène »

À lire

Depuis octobre et la tournée américaine avec les Metropolitans, Steeve Ho You Fat est devenu une star à 34 ans et après une carrière bien remplie du côté de Cholet, Evreux, Roanne ou Orchies notamment. Un changement de statut inattendu, dû à son nom qui a intrigué les Américains ainsi que les fans du continent asiatique. Entretien réalisé pour France Basket et Le Quotidien du Sport.

Les Metropolitans réalisent une bonne saison. Quels sont vos objectifs ?

On aimerait aller jusqu’au bout et assurer les play-offs. Il faut que l’on soit dans les quatre premiers au final. Une fois qu’on est en play-offs, tout peut arriver. Sur le papier, on a ce qu’il faut avec des joueurs qui connaissent la pression des phases finales. On a une équipe totalement différente de la saison dernière où la moyenne d’âge était de plus de 30 ans alors que cette année elle est de 25 ans environ.

Et puis vous jouez avec le phénomène Victor Wembanyama…

Oui c’est une chance pour nous. Il offre une nouvelle visibilité au club, au basket français aussi, c’est positif pour tout le monde. On s’appuie aussi sur l’expérience de l’an dernier acquise notamment en Coupe d’Europe.

« J’ai même eu des messages d’asie, j’ai encore un peu plus découvert mes origines »

Justement, en parlant de Coupe d’Europe, avez-vous digéré votre absence en Euro-Cup (c’est le Paris Basketball qui a été choisi) ?

On a été déçus de ne pas être acceptés en EuroCup mais, avec le recul, peut-être qu’on n’aurait pas eu Victor car avec l’Europe il ne serait peut-être pas venu. Il lui fallait un programme allégé pour continuer à se construire physiquement et éviter les blessures. Et sans Victor, on ne serait pas allés à Las Vegas (rires).

Peut-on dire que ce voyage américain a changé votre vie ?

On est partis aux Etats-Unis et cela nous a donné une grosse visibilité, notamment à moi. Les gens étaient intrigués par mon nom (sur un tir à 3 points, le commentateur d’ESPN a lâché « Ho You Fat à 3 points », ce qui peut se traduire en anglais par « toi gros à 3 points », Ndlr), ils me posaient beaucoup de questions, j’ai même eu des messages d’Asie, j’ai encore un peu plus découvert mes origines.

C’était un buzz qui s’est un peu calmé, mais je reçois encore de nombreux messages. J’en profite, je vends des maillots à travers un site que j’ai créé. Je m’occupe de tout, des commandes, des envois, etc… et ça m’éclate de faire tout ça c’était tellement inattendu. Je ne m’attendais pas du tout à un tel phénomène ; Je suis aussi invité à des évènements.

Depuis votre signature en 2021 peut-on dire que vous vivez une seconde jeunesse ?

Oui complètement. Je n’ai pas eu le parcours menant à la NBA, je me suis présenté à la draft, ça ne s’est pas fait, mais je ne regrette rien. J’ai toujours bataillé dans l’antichambre, aidé les clubs à se maintenir en plus de 10 ans de carrière. Et puis je suis aussi fier de durer. Quand je regarde les gars avec lesquels j’ai commencé, la plupart ont arrêté. A 30 ans, j’ai commencé à penser àlafindemacarrièreetà34ansjesuis toujours là ! En 2021, j’ai eu l’opportunité de signer aux Metropolitans et depuis je m’éclate avec les jeunes, je joue un peu le rôle d’accompagnateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi