jeudi 29 septembre 2022

Verratti, le nouveau maestro de Paris version Pochettino ?

PSG - Barcelone (21h)

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

En lui offrant plus de responsabilités dans l’animation offensive, Pochettino a renforcé l’influence de Marco Verratti, le joueur le plus ancien de l’effectif. Au point d’en faire la clé essentielle du jeu parisien ?

Bien sûr, il y a Neymar et Mbappé, et Di Maria qui, lorsqu’ils sont en forme offrent au PSG une autre dimension. Mais il y a surtout Marco Verratti plus indispensable que jamais pour un collectif qui n’a jamais vraiment réussi à se passer de lui.

Si, à l’instar de Thomas Tuchel qui disait de lui : « Il change tout », tous les entraîneurs passés sur le banc parisien le reconnaissent comme un des meilleurs à son poste en Europe, aucun ne l’a encore placé au sommet, à l’égal d’un Iniesta, d’un Xavi, d’un Pirlo, d’un Kroos, d’un Modric ou d’un Thiago Alcantara, c’est en raison de son irrégularité.

Pour Tuchel, Verratti « change tout »

Souvent blessé, rarement à 100% de ses moyens physiques en raison d’une pubalgie lancinante qui lui pourrit la vie depuis cinq ans malgré deux opérations, l’international italien est pourtant un footballeur exceptionnel « qui amène de l’incertitude en permanence dans l’esprit de l’adversaire car il est tout le temps dans le contre-pied, la recherche du meilleur espace, analyse l’ancien milieu Eric Carrière (10 sélections). Il invente des passes, a la capacité technique de changer de direction et d’idées. Quand il a le ballon, il se passe toujours quelque chose… et rarement ce qu’on attendait ! ».

Toujours disponible pour ses partenaires, toujours pressant pour ses adversaires, souvent à la limite avec les arbitres, Marco Verratti est un tempérament qui crée du jeu, des émotions et, forcément aussi, de la frustration chez ceux qui aimeraient le voir plus serein, capable de maîtriser ses émotions, de canaliser sa formidable énergie pour mieux exploiter son profil de joueur complet.

Critiqué pour son hygiène de vie, son manque de maturité, ou des stats pas suffisamment convaincantes, il arrive, à 28 ans, à la croisée des chemins. Le bon moment pour franchir un palier et faire taire les sceptiques.

Retrouvez cet article et toute l’actualité du PSG dans le magazine Le Foot Paris, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

« Avec l’âge, généralement, on recule. Lui, il avance parce qu’il a énormément de talent  »

Et ça tombe bien, c’est maintenant qu’il semble être dans les meilleures dispositions physiques et mentales que Pochettino lui offre un nouveau rôle, plus central, plus offensif, une sorte de vrai-faux meneur de jeu à l’ancienne chargé de mettre sa technique et sa vision du jeu au service des attaquants, sans intermédiaire, avec obligation de faire vivre le ballon dans les trente mètres adverses quand son registre de jeu était plus jusqu’à présent dans son propre camp.

L’absence de Di Maria et de Neymar pour le déplacement à Barcelone lui a permis de prouver qu’il était largement capable de s’acquitter de ce nouveau rôle en délivrant notamment une passe magique pour le premier but de Mbappé.

Une semaine avant, il avait déjà mis Kean sur orbite dans la même position plus avancée face à Saint-Etienne (1-1). De quoi lui donner des idées pour la suite de sa carrière ?

« Au même âge, je faisais le chemin inverse, nous dit Daniel Bravo, consultant de beIN Sports, je passais de meneur de jeu à milieu défensif axial. Avec l’âge, généralement, on recule. Lui, il avance parce qu’il a énormément de talent. Mais pour exister dans la durée à ce poste plus avancé, où il faut être décisif, il va devoir se faire violence. Dans les trente derniers mètres, il faut marquer des buts. Or, il ne tente pas suffisamment sa chance, ce n’est pas naturel chez lui. Mais s’il se le met en tête, alors, oui, il peut être un grand passeur, précis et efficace. »

Un lien entre Neymar, Mbappé et Di Maria, un point de soutien, ou d’appui capable de faire rebondir le jeu dans une zone de terrain généralement encombrée où sa qualité technique, sa vivacité, peuvent amener une plus-value à l’animation offensive parisienne.

Neymar et Mbappé avec Verratti, le nouveau schéma de Paris ?

« Pourquoi pas, nous dit l’ancien joueur et entraîneur du PSG, Vahid Halilhodzic. S’il a moins de tâches défensives à assumer, et s’il parvient mentalement à changer son approche, il a toutes les qualités pour être un grand meneur de jeu. Si généralement on demande à un n°10 de marquer ou de faire marquer, ce qu’il n’a jamais trop fait, le fait d’avoir Neymar ou Mbappé à ses côtés peut lui enlever de la pression et lui laisser le temps de faire évoluer son jeu. La clé sera sa relation technique avec les autres joueurs offensifs. »

Avec 3 buts et 8 passes décisives en 64 matches de Ligue des Champions, sa marge de progression est en tout cas énorme, à la hauteur de son potentiel hors norme. Mais s’il veut transformer l’essai, il va falloir qu’il s’adapte vite. Surtout si un certain Leo Messi venait à le rejoindre la saison prochaine…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi