jeudi 13 juin 2024

Rongier et Savanier : si près et si loin des Bleus à la fois

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

Le Marseillais et le Montpelliérain ont-ils réellement le nioveau pour l’Equipe de France. Le débat existe, les faits ont tranché.

Selon les points de vue, ce sont des joueurs « sous cotés » ou « sur cotés ». Ces joueurs qui se mettent en valeur dans leur championnat et qu’on a envie de voir en Equipe de France. Mais ont-ils vraiment le niveau ? C’est l’objet d’éternels débats. Les supporters, certains consultants et autres suiveurs du foot, parfois même experts, les verraient bien en Bleu, ou au moins dans un plus grand club. Pour les autres, ce sont des bons joueurs de club, mais ils n’ont pas le niveau international.

A LIRE AUSSI : les Niçois, pires supporters de Ligue 1 ?

Les deux exemples les plus flagrants sont Valentin Rongier (OM) et Teji Savanier (Montpellier) qui ne parviennent pas à tirer leur club vers e haut, malgré tout le bien qu’on entend sur eux…

Teji Savanier : le milieu de terrain de 31 ans est le type même du bon joueur de club qui met presque tout le monde d’accord. De sa dernière saison avec Nîmes, de retour en Ligue 1, on en a l’image d’un des meilleurs passeurs du championnat. Mais depuis ses 13 passes décisives avec les Crocodiles (saison 2018/2019), le Montpelliérain (qui frappe les coups de pied arrêtés) n’a jamais plus franchi la barre des 7 passes. Certain, comme Rolland Courbis, continuent de défendre bec et ongles sa candidature pour l’Equipe de France. Lors de l’été 2021, Savanier aura son bout de maillot bleu, avec l’équipe de France olympique au Japon. Mais la France ne passera pas la phase de groupes.

Valentin Rongier : depuis le début de saison, son nom revient régulièrement avant chaque nouvelle liste de Didier Deschamps. Devenu capitaine de l’OM, le milieu de terrain de 28 ans est un des hommes de base d’Igor Tudor et ne manque pas de fans à Marseille. Mais, pour le sélectionneur, il n’a pas le niveau pour l’Equipe de France. D’ailleurs, certains se demandent même s’il a le niveau pour permettre à l’OM de franchir un palier.

Jonathan Clauss, l’exemple parfait du joueur surcoté

Contrairement aux autres, Jonathan Clauss a goûté à l’équipe de France. Entre mars et octobre 2022, le latéral droit de l’OM a porté le maillot bleu six fois, validant ses deux très belles saisons avec Lens. Mais son niveau n’a pas paru suffisant à Didier Deschamps pour l’emmener à la Coupe du Monde, malgré une pénurie de latéral droit, et depuis, il a disparu des radars bleus.

Lala, Haller, eux aussi ont connu ça

Kenny Lala : éternellement en quête de latéral droit, l’équipe de France aurait dû miser sur Kenny Lala. C’est ce que l’on entendait en tout cas lors de la saison 2018/2019, quand certains n’hésitaient pas à le considérer comme « le meilleur latéral droit français ». Finalement, arrivé en fin de contrat à Strasbourg, il partira en Grèce six mois plus tôt et gagnera deux titres avec l’Olympiacos, avant de revenir cette saison à Brest. Sans jamais avoir été appelé.

Sébastien Haller : lassé d’attendre l’appel de Didier Désechsmps, Sébastien Haller (28 ans, 20 sélections avec les Espoirs français), qui avait pourtant le profil pour succéder à Olivier Giroud, a finalement accepté de prendre la nationalité sportive ivoirienne et joue depuis 3 ans avec la Côte d’Ivoire (14 sélections, 4 buts).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi